Warning: include(/home/www/cd1b545baf9c00685aa21d82accf409b/web/images/resorts/HotelVillageCatalan/option.php) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory in /home/www/cd1b545baf9c00685aa21d82accf409b/web/libraries/import.php on line 11

Warning: include() [function.include]: Failed opening '/home/www/cd1b545baf9c00685aa21d82accf409b/web/images/resorts/HotelVillageCatalan/option.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php/lib/php') in /home/www/cd1b545baf9c00685aa21d82accf409b/web/libraries/import.php on line 11
Argentina

Argentina

VOILE ET PLONGEE EN TERRE DE FEU  AU BOUT DU MONDE.

Le voyage sera long mais formidable pour atteindre Ushuaia, ville la plus au sud de la planète (54' sud) est située sur la Isla Grande de Tierra del Fuego en Argentine. C'est au départ de cette petite ville aux allures surnaturelles que nous retrouvons Eric Barde, ancien élève d’AQUA-DIVING, skippeur du bateau Philos (une superbe goélette en acier de 14,14m,). Oui c'est bien en métal que ce voilier est construit. Pourquoi ? Parce qu'il fait si froid que les eaux océaniques peuvent geler et briseraient une coque bâtie en bois, combien de navires ont connu ce sort tragique depuis le 16e siècle, époque des premiers explorateurs partis à la recherche du détroit de Magellan? Pourtant et malgré des conditions parfois extrêmes (pensez au Cap Horn, situé quelques milles plus au sud), cet homme de caractère nous amènera en toute sécurité découvrir les richesses du canal Beagle et des terres qui l'entourent. Mais avant d'appareiller, notre tâche première sera de collecter des informations avec, entre autres, les plongeurs du coin. Ici c'est loin d'être la Mer Rouge ou la Côte d'Azur... En effet, où allons- nous plonger ? Quels sont les sites intéressants ? Où se trouvent les zones protégées ou interdites (militaires… ). Quelle sera notre inquiétude face à la faune et la flore dans ces régions peu visitées ? Cette partie dit monde est encore quasiment intacte et il nous importe de ne pas commettre des erreurs irrécupérables comme dans trop d'endroits sur la planète bleue. En effet, combien d'hommes ont déjà visité l'univers sous-marin de ce gigantesque canal ? Quelques fanatiques venus de l'étranger ? Des plongeurs locaux ? Nos doigts suffiront pour les compter... et, bien entendu, les pêcheurs ; vous savez, ces hommes courageux qui descendent à des profondeurs qui feraient pâlir n'importe quel plongeur, avec comme seul équipement un tuyau en plastique relié du bateau à leur bouche !!! Sans perdre de temps, nous partons donc à la recherche de contacts qui seront facilités par la serviabilité et l'amabilité des autochtones. Tout en faisant du tourisme notre dossier s'agrandit et cette prospection se révèle d'un intérêt aux multiples facettes. Le 4 janvier 2001 pour la première plongée du siècle, que dis-je, du millénaire ; nous mouillons près d'une île (ISLA CHATA)... nous sommes impatients, il y a du courant et nous apercevons déjà les Kelps surgissant des abîmes. Notre appréhension s'estompe rapidement, mais la froideur des eaux remplace très vite ce sentiment. Ce nouvel univers sous-marin que nous découvrons se compose de nombreux crabes aux formes très diverses qui colonisent le sable et s'agitent dans tous les sens. Un crustacé non identifié passe devant nos masques, il est petit et rapide, on dirait une écrevisse sans queue. Nous nous faufilons lentement entre les Kelps géants, c'est magnifique... Malheureusement, le caisson étanche pour la caméra ne l'est plus vraiment (fendu lors du transfert en zodiac) et de plus une fuite dans la combinaison étanche nous oblige à remonter... Les plongées suivantes seront, entre autres, avec les manchots de Magellan, les phoques et otaries, les épaves... un vrai plaisir, on s'est régalés... Après avoir répertorié 10 sites de plongée, le retour à la neige de nos montagnes suisses était obligatoire... quoique Stéphane décida en dernière minute de partir avec le groupe au Pôle Sud; Patty a dû repartir avec ses 50 kg de bagages et les plans détaillés de chaque plongée effectuée pour enfin avoir quelque chose pour les futurs  « explorateurs ». Nous étions tous contents de notre travail.

Philos est prêt à embarquer tous les plongeurs intéressés tant passionnés par la voile, la plongée, l'environnement...

Historique

C'est au début du 19 siècle que l'expédition menée par Fitz Roy et le jeune Charles Darwin parcourt pour l'Amirauté britannique le sud de la Terre de Feu. La brigantine le Beagle s'avère le premier bateau européen à relier l'Atlantique au Pacifique via ce canal qui désormais porte son nom. Ce voyage de découverte, d'investigations scientifiques et de cartographie, fut observé par les femmes des campements indigènes. De fait, il est établi que ce que Joseph Emperaire appela les « nomades de la mer », c'était des familles d'indiens qui se déplaçaient sur de fragiles mais rapides canoës d'écorces cousues, qui occupèrent déjà cette zone 6'300 ans avant sa « découverte » par les Anglais.

Climat océanique

Les premiers, observateurs européens firent souvent, allusion à la démesure des éléments météorologiques et qualifièrent le pays d'inhospitalier, désolé et triste. Selon Darwin, le climat était détestable, humide et tempétueux, sans même la joie d'un rayon de soleil. En fait, les températures moyennes, bien que froides, restent supérieures à 0 degrés comme pendant l'hiver (9,3 de moyenne en janvier, 1, 1 en juillet, le mois le plus froid). Creusé par les glaciers, le canal de Beagle, relativement droit, présente une orientation est-ouest sur 180 km. Il atteint 14 km de large en face d'Ushuaia (Argentine), mais sa largeur moyenne est moindre : 6 km en face de Puerto Williams (Chili). Sa profondeur croit vers l'ouest, d'où proviennent les glaciers qui le modelèrent et dont une profondeur maximale de 318 m a été observée. Cette partie du canal est la plus impressionnante, avec sur plus de 50 km de côté les grands champs de glace de la Cordillère Darwin qui parviennent parfois jusqu'au niveau de la mer. Un faible courant permanent d'origine thermique coule d'ouest en est. Les courants de marées sont faibles (1m60 de marnage maximum à Ushuaia) comparés à ceux qui sont enregistrés en dehors du canal.

Faune et flore marines

Les algues sont très abondantes en Terre de Feu. Les plus notables par leur taille sont les Cachiyuyos (Kelp): 20 à 30 m. en moyenne, 50 m, maximum et constituent un biotope favorable pour de nombreux organismes. Comestibles et excellents, ceux-ci, les fameuses  « Centollas », des araignées de mer géantes et les  « Centollones » (des crabes) sont des crustacés dont la chair s'apparente au  « King Crab » de l'Alaska (en meilleur, prétendent les   Sud-américains ... ). Leur distribution verticale, en dehors de la période de mue (décembre-avril) est étonnante : de 10 m. aux profondeurs maximales du canal pour les « Centollas », jusqu'à 50 m, pour les seconds. Très bon également, l'oursin de mer « Loxechinus albus » peut atteindre 7 cm de diamètre. Les eaux du canal abritent également de nombreux poissons, bien que, de peu d’espèces différentes. La famille des « Notothenidae » est la plus pêchée. Le manchot de Magellan « Sphenicus magellanicus » s'observe partout en pleine eau.         Une colonie de reproduction estivale se situe sur l'Île de Martillo, près de Harberton, la première estancia fondée dans la région par le révérend Bridges (1892). Malhabiles sur terre et oiseaux incapables de voler, ils atteignent néanmoins des vitesses de 45 km/h, en plongée ! Il leur arrive également de sauter hors de l'eau, tels les dauphins, que l'on rencontre également couramment dans la zone ,(principalement Lagenorhynchus obscurus) et qui adorent jouer avec les bateaux. Deux espèces de phoques complètent ce rapide tableau de la faune du canal, les « lobos marinos de un pelo » (Otaria flavescens) et les « dos pelos»(Arclocephalus australis). En été ces espèces se concentrent sur des îlots rocheux proches d'Ushuaia (Argentine).



En dehors de ces plongées  « hors-pistes », nous avons également apprécié les ballades à terre, il faut choisir son propre itinéraire, la visite des deux villes, Ushuaia et Puerto Williams (Chili) cette dernière consacrée aux « nomades de la mer », les premiers habitants de la zone.

Finalement, il convient de mentionner le seul danger rencontré : l'exubérante vie nocturne de ces deux villes les plus australes du monde!

Informations

Eric Barde This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.  
Aqua-Dream, magasin de plongée et agencede voyage à Carouge 022/752 56 26
Scuba-Dream, centre IDC 5* à Vésenaz 022/752 56 26  This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.


Longueur 14.14m.- Tirant d'eau de 0,90 à 3m.- Largeur 4,40m.- Construction 1980 (Tarare, France)- 2 mâts, 132m' au près- Moteur Perkins 4236 54kw- Annexe rigide avec 9,9 HP Mercury- Annexe Zodiac semi-rigide avec 15 HP Yamaha